Le smartphone sécurisé The Blackphone bientôt chez les opérateurs et les revendeurs

Le Blackphone arrive en France, tout d'abord dans les boutiques Lick pour les plus impatients. Le Blackphone arrive en France, tout d’abord dans les boutiques Lick pour les plus impatients.

Selon Silent Circle et Geeksphone, de nombreux opérateurs de téléphonie mobile européens et américains commercialiseront le smartphone sécurisé. Des exemplaires sont proposés en avant-première mondiale en France dans les vingt boutiques d’objets connectés Lick.

Le Blackphone, ce smartphone qui promet de protéger les données personnelles des agences de sécurité et des cybercriminels, sera commercialisé dans trois semaines. « Quelques milliers » d’exemplaires ont même été déjà vendus en précommande, selon le fabricant. Le Blackphone annoncé plus tôt cette année, est né de la rencontre du fournisseur de communications cryptées Silent Circle avec le constructeur Geeksphone. Leur objectif : offrir aux utilisateurs un terminal hermétique, capable d’empêcher la collecte de données par les agences gouvernementales et les entreprises privées. Conçu dès le départ pour éviter le piratage, le Blackphone est fabriqué par une joint-venture suisse du nom de PSC Technologies SA. Il tourne avec un OS standard basé sur Android et coûte 629 dollars HT. « Avec le Blackphone, toutes les communications, que ce soit les appels vocaux et vidéos, la messagerie texte, les échanges de fichiers, sont sécurisés et privées et la navigation Internet est anonyme », ont déclaré Silent Circle et Geeksphone.

« En accord avec les partenariats passés avec des opérateurs en Europe, en Amérique du Nord, du Sud, et Centrale, les deux entreprises se sont engagées à livrer des millions de téléphones », a déclaré mardi le président et cofondateur de Silent Circle, Phil Zimmerman lors du Digital Summit organisé à San Francisco par la MIT Technology Review. « KPN, qui s’est engagé à vendre le Blackphone en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, va acheter des centaines de milliers de téléphones », a-t-il ajouté. Des exemplaires sont proposés en avant-première mondiale en France dans les vingt boutiques d’objets connectés Lick, notamment au centre commercial des Quatre Temps à la Défense.

Protégé mais avec un correspond équipé du même terminal

Grâce aux services de Silent Circle, le terminal offre des communications cryptées de bout en bout entre Blackphone. Et si l’appelé n’a pas lui-même un Blackphone, la communication sera cryptée entre son mobile et les serveurs de Silent Circle. « Silent Circle ne détient pas les clés de chiffrement, et ne peut donc pas les livrer aux gouvernements pour leur permettre d’accéder aux communications des utilisateurs, même si on le lui demande », a encore déclaré Phil Zimmerman. « Le téléphone empêche également les opérateurs et les fournisseurs d’applications de collecter des informations sur l’utilisateur », a-t-il ajouté. « Si vous optez pour un service gratuit comme Facebook, cela pose problème… Car si l’utilisateur ne paye pas pour le produit, c’est qu’il est lui-même le produit », a expliqué le président et cofondateur de Silent Circle. « En ce qui nous concerne, nous faisons payer pour le produit. La prise de conscience et l’inquiétude manifestée par les clients en matière de collecte de données devraient contribuer à accroître la demande pour le Blackphone », a-t-il affirmé.

« Le Blackphone a été conçu pour protéger les utilisateurs contre le « fishing », aussi bien de la part du crime organisé et que des entités gouvernementales comme l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA), mais il ne protège pas contre les attaques ciblées », a reconnu Phil Zimmerman. « Si la NSA veut vraiment pirater votre mobile, elle pourra le faire », a-t-il déclaré. « Silent Circle et Geeksphone mettront à jour les téléphones pour corriger d’éventuelles vulnérabilités », a déclaré pour sa part Javier Aguera, le cofondateur de Geeksphone. « La mise en place d’un service de communications cryptées et la conception d’un téléphone sécurisé peut déboucher sur des collaborations inattendues », a aussi raconté Phil Zimmerman. Ancien militant pacifiste, il s’est associé avec un ancien Navy Seals américain pour créer Silent Circle. « Un pirate qui vend des attaques zero-day pour vivre est devenu un de nos consultants », a-t-il ajouté. « Et si certaines personnes de la NSA ne sont probablement pas très heureuses de voir un tel dispositif arriver sur le marché, les agences de renseignement américaine, canadienne et australienne utilisent Silent Circle et elles sont intéressées par le Blackphone », a encore dit Phil Zimmerman.

Share
Advertisements
Par défaut